Net rebond des marchés avant les nouvelles prévisions de la BCE

La Bourse de Paris confirme son rebond en milieu de journée, portée par la belle progression de Wall Street hier soir et des indices PMI définitifs supérieurs aux attentes en zone euro et en Allemagne, dans l’attente de la réunion de la Banque centrale européenne cet après-midi. Un mouvement facilité par l’absence de volatilité en provenance de la Chine, où les marchés sont fermés jusqu’à lundi pour les commémorations de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Vers midi, le Cac 40 gagne 1,30%, à 4.614,33 points, dans un volume d’échanges limité de 962 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Dax progresse de 1,65% quand le Footsie prend 1,48%. A New York, le contrat future Dow Jones avance de 63 points après un rebond de 1,82% hier, en réaction à un Livre beige mitigé. L’amélioration sur le front de l’emploi a permis une légère augmentation des salaires dans certaines professions aux Etats-Unis ces dernières semaines mais les entreprises ressentent déjà les effets du ralentissement économique en Chine, a indiqué la Réserve fédérale. Les chiffres du marché du travail présentés demain seront d’autant plus scrutés. Le consensus Bloomberg attend 217.000 créations de postes en août, non loin des 215.000 de juillet. Pour Tara Sinclair, chef économiste chez Indeed interrogée par CNBC, « c’est un peu décevant. Je cherchais davantage de signes de robustesse de la croissance. Je me demande s’il y a encore de la place pour une croissance de l’économie… »

Mario Draghi en ligne de mire
Cet après-midi, les yeux seront tournés vers la zone euro et la décision de politique monétaire de la BCE. Aucune annonce n’est attendue, ni sur les taux ni sur les mesures d’assouplissement quantitatif, le programme étant jugé suffisamment flexible pour permettre des ajustements si nécessaire. Mais lors de la conférence de presse qui suivra, à partir de 14 heures 30, le marché attendra du président Mario Draghi qu’il précise les conséquences que la BCE attend des évolutions récentes, de la Chine notamment. On suivra également les nouvelles projections du staff de la BCE sur la croissance et l’inflation.

Parmi les autres rendez-vous du jour ont été dévoilés les indices PMI définitifs d’août en Europe. L’indice composite ressort à 54,3 points dans la zone euro, contre 53,9 en juillet et au-dessus de la première estimation de 53,1 points. Ce, grâce à l’Allemagne une nouvelle fois, dont le même indicateur a grimpé de 53,7 à 55 en un mois, là aussi au-dessus des 54 points initiaux. Déception au contraire en France, avec un indice définitif à 50,2 en août, très en deçà des 51,3 points en données flash et de 51,5 en juillet. Pour juillet, les ventes au détail dans la zone euro ont grimpé de 2,7%, plus que les 2% attendus par les analystes. Aux Etats-Unis, on surveillera, à 16 heures, l’ISM non-manufacturier, après les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage et la balance commerciale de juillet à 14 heures 30.

EDF plombé par la facture de Flamanville
Du côté des valeurs, EDF est plombé par le nouveau décalage de la mise en service de l’EPR de Flamanville au quatrième trimestre 2018. La facture s’alourdit dès lors de 2 milliards d’euros, à 10,5 milliards. L’action chute de 4,07% à 17,97 euros.

Seule autre baisse du Cac 40, Engie perd 1,35% à 15,34 euros. Bank of America Merrill Lynch passe de « neutre »é à « sous-performance » sur le titre. Toujours du côté des analystes, Hermès International prend 2,88% à 319,70 euros. RBC est passé de « performance en ligne » à « surperformance ». Technicolor prend 4,2% à 6,773 euros, porté par une note de Natixis qui estime que le news flow s’annonce favorable pour toutes les divisions du groupe. La société de Bourse a un objectif de 9 euros.

Vivendi (+0,53% à 21,835 euros) a publié hier soir ses résultats semestriels. Le profit opérationnel ajusté a augmenté de 13,4% à 516 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 5,09 milliards, en hausse de 2,4% en données comparables. Les objectifs annuels sont confirmés. La trésorerie s’élève à près de 9 milliards d’euros. De nouvelles opérations sont à l’ordre du jour, dont une entrée au capital de Banijay-Zodiac.

Altran Technologies a amélioré sa marge opérationnelle courante à fin juin (+0,7 point à 7,6%) malgré un marché allemand difficile. Le chiffre d’affaires semestriel progresse de 10,8% à 954,5 millions d’euros, et de 4% en organique. Le groupe présentera le 17 novembre son prochain plan stratégique à horizon 2020. L’action prend 0,94% à 9,69 euros.

Air France-KLM avance de 5% à 6,28 euros. Selon Les Echos, Air France envisage, pour restaurer sa compétitivité, de lancer une filiale low cost long-courrier équipée de nouveaux Boeing 787, moins gourmands en carburant.